Innovation technologique : un enjeu clé pour les fonctions RH, IT et FINANCE !

L’innovation technologique touche aujourd’hui quasiment toutes les sphères de la société et les entreprises en premier lieu. Les fonctions RH, Finance ou encore l’IT ne sont pas en reste puisque ces services sont souvent au cœur de cette transformation digitale. Le recrutement, la gestion du cash, le pilotage de la performance ou encore l’architecture SOA et les microservices, l’innovation touche différents domaines. Il existe des solutions RH, Fiance et IT proposées par différents éditeurs et qui s’adaptent aux besoins de votre entreprise. 

Notre nouveau dossier est dédié justement à l’innovation technologique au sein de ces trois fonctions clés de l’entreprise. Vous pouvez lire l’ensemble des articles de ce dossier sur notre blog (ce qui vous prendra du temps) ou alors télécharger directement l’ensemble des articles du dossier regroupés et mis en page dans un livre blanc que vous trouverez juste en dessous :

innovation-technologique-vos-13-pistes-damelioration-a-implementer-au-plus-vite

La génération Y change l’organisation du travail : une opportunité pour les entreprises !

La génération Y (appelée aussi millennials) désigne les personnes nées entre 1980 et 2000. Elle représentera plus de 75% du monde du travail d’ici 2030. Cette génération qui a grandi avec Internet et la technologie digitale amène de nouveaux défis pour les entreprises. En effet, la génération Y bouleverse l’organisation du travail dans la mesure où leur mode de fonctionnement, leurs codes, leur manière de travailler et leur perception du travail est différente. Ils cherchent souvent à concilier travail, loisirs et indépendance. 

Ils veulent donner du sens à ce qu’ils font et recherchent ainsi des expériences professionnelles enrichissantes. Leur attachement à une entreprise est ainsi moindre puisqu’ils ont besoin d’être stimulés et dès que celle-ci disparaît, ils sont prêts à quitter leur entreprise ou créer leur start-up. Le monde du travail doit ainsi s’adapter à cette nouvelle génération et les métiers de demain devront eux aussi d’adapter. Liberté et flexibilité sont deux termes caractéristiques du futur monde du travail déjà d’actualité dans certaines entreprises.

Expérience candidat : un enjeu toujours central pour les DRH en 2020

À l’instar de l’expérience client ou de l’expérience utilisateur, pour améliorer les processus de recrutement, les entreprises doivent accorder plus d’importance à l’expérience candidat, enjeu des DRH qui ont à cœur d’optimiser leur stratégie RH. 

En effet, aujourd’hui, on ne peut plus dissocier la marque employeur et l’expérience candidat car elles sont les deux faces d’une pièce permettant d’attirer des candidats potentiels et de les fidéliser par la suite pour qu’ils restent dans l’entreprise. Un candidat déçu par une société le fait savoir autour de lui. 

Pour assurer une bonne expérience en prenant en compte les nouvelles générations qui arrivent ou sont déjà dans le monde du travail, il faut tirer parti de la technologie et du digital. Les nouvelles technologies comme l’intelligence artificielle, les chatbots et autres nouveautés doivent être utilisées à chaque étape du processus de recrutement (expérience digitale de l’offre d’emploi, rencontre physique, onboarding…).

Formation en entreprise : une transformation en cours ?

Avec le développement de l’innovation technologique et du digital, la formation en entreprise a considérablement évolué et cela encore plus depuis la crise sanitaire. Il devient indispensable que les dispositifs de formation s’adaptent au télétravail et aux nouvelles générations de collaborateurs et à leurs besoins de continuer d’apprendre. 

De nouvelles méthodes d’apprentissage existent comme le modèle 70/20/10 (10% consacré à l’apprentissage formel, 20% à l’échange avec les autres collaborateurs, 70% à la pratique et l’expérimentation en situation de travail). On observe aussi l’essor des serious games et de la réalité virtuelle. Cette dernière repose sur une approche immersive des ressources humaines en plongeant les salariés dans des situations réelles en leur faisant vivre des expériences nouvelles et innovantes dans un monde contrôlé et sécurisé.

Feedback continu : vers un nouveau mode de management ?

Pour améliorer la qualité du management, instaurer un dialogue constructif entre managers et collaborateurs permet de faire évoluer le rôle de la hiérarchie vers du coaching. Feedback continu et management font ainsi parfaitement la paire. 

Le feedback continu consiste en une évaluation au fil de l’eau des performances des collaborateurs et de leur travail. Il se différencie de l’évaluation annuelle qui est planifiée à l’avance et qui a un format standardisé. Cette culture du feedback offre ainsi de véritables moments d’échanges et fait progresser positivement la relation manager collaborateur. Elle est par ailleurs adaptée aux nouvelles générations Y et Z pour qui un système d’évaluation annuelle, rigide et formaté ne correspond pas.

Innovation RH : à quoi faut-il s’attendre dans les prochaines années ? 

La transformation digitale des entreprises impactent tous les divisions de l’entreprise et la fonction RH n’est pas en reste. En effet, nous avons parlé de marque employeur, de digitalisation RH, d’expérience candidat. A cela s’ajoute également l’expérience collaborateur. Cette dernière désigne les perspectives d’évolution, la formation ou encore la gestion des talents. Innovation RH : à quoi faut-il s’attendre ? Cette question est importante pour anticiper et préparer l’avenir. 

Les chatbots et l’IA font partie des tendances actuelles et à venir. Utilisés pour le recrutement notamment, ces technologies peuvent servir à fournir un premier niveau d’analyse des candidatures et d’évaluer ainsi le degré de compatibilité de celles-ci avec le poste en question.

Big data et BI : d’une analyse prédictive à une analyse prescriptive

Le prédictif, le prescriptif et le machine learning sont considérés aujourd’hui comme des aspects centraux de la business intelligence (BI). L’un des principaux problèmes auxquels est confrontée une entreprise est l’augmentation de la quantité d’informations stockées. 

En effet, les données sont partout et les questions relatives au traitement des données personnelles prennent de plus en plus de place avec le RGPD entre autres. Avec l’essor du  big data, on est passé d’une analyse prédictive à une analyse prescriptive

L’analyse des données apporte une aide à la prise de décision à travers notamment des tableaux de bord. On parle de data science qui permet de tirer profit des données pour comprendre certains phénomènes et parvenir ensuite à mettre en place des actions.

Infrastructure as code : pourquoi est-ce un enjeu IT clé pour l’avenir ?

La transformation numérique a permis l’émergence de nombreuses technologies novatrices au sein des entreprises. Infrastructure as code est un concept qui en fait parti. Il désigne le regroupement de systèmes, de logiciels et de toute l’infrastructure informatique nécessaire à leur fonctionnement. Il intègre notamment des techniques issues du cloud computing comme la virtualisation cloud. 

L’infrastructure as code est en totale rupture avec les anciennes approches car avant l’existence de cette technologie, l’ensemble des ressources était toujours limité par l’infrastructure physique. La virtualisation ainsi que les machines virtuelles apportent une solution à ce problème et permettent une gestion centralisée des ressources qui peut être contrôlé sans nécessairement avoir un lien direct avec l’infrastructure.

La conteneurisation informatique change le développement des applications

À l’instar de l’accroissement de la population mondiale, de nombreuses études montrent qu’une croissance massive des conteneurs d’applications aura lieu dans les prochaines années. Ce marché pesait déjà 762 millions de dollars en 2016. Mais qu’est-ce que la conteneurisation informatique et en quoi cette technologie révolutionne la manière de concevoir des applications ? 

Le principe repose sur la création d’espaces utilisateurs isolés les uns des autres sur un noyau commun avec un même espace mémoire. Ils hébergent aussi un univers commun à tous qui contient le code, l’environnement, le paramétrage, les systèmes et autres éléments nécessaires à leur bon fonctionnement. Les conteneurs ont par ailleurs comme avantage d’être des objets légers et de démarrer en temps réel sans perdre de temps, de manière instantanée.

Plateforme Low code : le futur du développement d’applications ?

Auparavant, on parlait de langage de quatrième génération ou bien de développement dirigé par les modèles plutôt que de parler de plateforme low code. Il ne s’agit ainsi pas d’un concept nouveau en soi mais plutôt d’une remise au goût du jour. 

Le low code voire le no code vise à s’affranchir au maximum de l’utilisation d’un langage informatique, donc du code afin de produire un logiciel. Cela permet notamment de créer rapidement des applications métiers. Avec le no code, vous pouvez simplement, par le biais du drag’n’drop (cliquer- déposer) produire des outils, logiciels ou des sites web simples à manipuler.

Architecture SOA et microservices : quels bénéfices pour une entreprise ?

On parle de microservices pour désigner une architecture quelque peu particulière lors du développement d’applications. En effet, cette architecture se différencie des approches “classiques” par l’isolation des fonctions essentielles d’une application rendant celles-ci totalement indépendantes les unes des autres. 

Architecture SOA et microservices sont liés puisque lorsqu’on parle de SOA (Service Oriented Architecture), on fait référence à l’architecture orientée service. Cette dernière va permettre notamment de faire vivre chacun des services qui pourront ainsi être déployés indépendamment.

Le pilotage de la performance : priorité des DAF 

Les directeurs financiers ont de multiples défis à relever. Parmi eux, il y a le pilotage de la performance qui reste chaque année l’une des préoccupations majeures des DAF. Un des objectifs déterminant est d’accroître la compétitivité de l’entreprise, c’est pour cette raison que le pilotage des indicateurs de performance est indissociable de la gestion du cash. 

En gérant la trésorerie correctement, on arrive à maîtriser les risques. Cela offre ainsi un pilotage des indicateurs au plus proche de la réalité économique de l’entreprise à court et moyen terme.

La direction financière toujours au cœur de la transformation digitale

La fonction finance est au cœur de la transformation digitale qui touche aujourd’hui toutes les entreprises. De nombreux chantiers découlent de celle-ci et vise notamment à faciliter l’automatisation des tâches à faible valeur ajoutée, la dématérialisation ou bien encore la gestion des factures. 

Des bouleversements notables dans les métiers des services financiers devraient arriver qu’il s’agisse des contrôleurs de gestion ou des personnels de direction. En effet, l’avènement de l’intelligence artificielle ou d’autres technologies novatrices risque certainement de changer voire de supprimer certains métiers.

Maîtrise des risques, gestion du cash : quels défis pour les DAF en 2020 ?

Au-delà de certaines problématiques à caractère éthique liées au changement climatique ou autres, la maîtrise des risques est un enjeu qui prend de plus en plus d’importance au sein des entreprises et en particulier au sein de la direction financière. 

Les thématiques de compliance, de cybersécurité ou encore de protection des données concernent directement les DAF. Maîtrise des risques et gestion du cash sont ainsi deux grands défis à révéler et notre article sur le sujet devrait vous intéresser !

Vos 13 pistes d’amélioration à implémenter au plus vite

Quelles sont les innovations et enjeux des décideurs RH, IT et finance à ne surtout pas rater ?

Share This